Aokigahara Jukai

Aokigahara Jukai

Le Japon est l'une des terres de prédilection des fantômes, des histoires de revenants et du culte des esprits. Le cinéma asiatique est d'ailleurs reconnu pour être l'un des plus effrayants en matière de films fantastiques.

La religion Shintô qui s'appuie sur la croyance dans l'existence d'une infinité d'esprits et de dieux est embrassée par plus de 80% des Japonais. Les prêtres Shintô doivent pratiquer de nombreux rites pour s'attirer les bonnes grâces de ces esprits. Pour s'en protéger ou chasser les esprits mauvais, ils se livrent à des exorcismes ou des rites de purification. C'est dans cette atmosphère surnaturelle très chargée qu'Erick Fearson et Yuko, notre correspondante au Japon, ont remarqué l'histoire d'Aokigahara Jukai, une forêt maudite située sur le flanc nord-ouest du Mont Fuji. Théâtre de nombreuses morts mystérieuses, suicides ou disparitions, elle serait hantée par des esprits tourmentés qui égarent les promeneurs imprudents. La réputation de cette forêt dense et inextricable est telle que les autorités ont mis en place des procédures pour éviter les drames ou, le cas échéant, pour minimiser les rumeurs. Mais rien n'y fait.

Aokigahara Jukai, ou mer d'arbres, est une forêt qui repose au pied du Mont Fuji et regorge de légendes. Situé dans la préfecture de Yamanashi, le Mont Fuji est le plus haut volcan du Japon (3776 m). Il est aussi réputé pour ses flancs de lacs et de forêts. Localisée sur le versant nord-ouest de la montagne, Aokigahara Jukai en est l'une d'elles, née d'un torrent de lave lors de l'éruption de 864.

En dépit de sa jeune histoire (1 200 ans d'existence) et de sa surface (3 000 hectares), cette forêt profonde est devenue célèbre grâce (ou à cause ?) de ses légendes et des phénomènes mystérieux qui s'y déroulent.

3 000 hectares est une surface qui, normalement, peut être parcourue d'un bout à l'autre en marchant trois ou quatre heures. Et pourtant, dans cette étrange forêt, la tâche est impossible ! La légende dit que ceux qui se sont engagés dans cette mer végétale n'en sont jamais revenu. Aujourd'hui encore, beaucoup de randonneurs perdent leur chemin. Leurs squelettes, ou leurs corps à moitiés dévorés par « quelque chose », sont régulièrement retrouvés dans cette forêt profonde et obscure. Aussi, ceux qui partent à la recherche de ses corps disparus ou pour élucider le mystère de ce lieu se perdent à leur tour. Une vieille légende dit aussi qu'un grand nombre de chauve-souris vivent ici. Elles attaquent les promeneurs et tentent de les étouffer en leur couvrant le visage.

Dans cette forêt, votre boussole perd le nord en vous indiquant le sud ou bien avec un écart de 90 degrés par rapport au nord. D'autres affirment que si vous suivez les indications de votre boussole, vous tournez en rond revenant ainsi à votre point de départ. Des dysfonctionnements provenant des outils de mesure digitaux ont aussi été remarqués.

Aokigahara est si dense que la lumière du soleil y pénètre très difficilement. Nombreux sont ceux qui affirment qu'il vous est impossible de vous diriger avec le soleil, car si vous levez la tête, vous ne voyez qu'une petite parcelle du ciel. A cause de la densité du feuillage, les GPS ne fonctionnent pas, bien que quelques personnes aient prouvé le contraire avec un GPS de meilleure qualité.

Étant très similaire, le paysage crée, dans votre esprit, une distorsion du sens de l'orientation. De ce fait, les différentes directions qui s'offrent à vous se ressemblent toutes. Si vous regardez devant vous pour marcher droit, vous risquez fortement de glisser et de chuter : le sol paraît solide alors qu'en vérité, il se trouve souvent à 30 ou 40 cm plus bas, sous un tapis de racines et de feuilles, lesquelles créent une toile donnant l'illusion d'un terrain parfaitement plat. Aussi, cette forêt possède de nombreuses cavités énormes et profondes, formées par la nature même de sa base qui n'est que lave. Ces crevasses ouvrent largement leurs gueules sous la mousse et la végétation. Il est très facile de chuter à l'intérieur et de vous retrouver avec horreur, face à des squelettes qui moisissent là depuis fort longtemps. Aucune issue, ni aucun sauvetage n'est possible si vous êtes seul. Notons que d'étranges cavernes se terrent dans le sol de cette forêt. Plus étonnant, elles sont prisonnières des glaces y compris l'été.

Des sources affirment qu'il ne se passe rien de mystérieux dans cet enfer végétal et que les instruments de mesure (boussole, GPS...) fonctionnent parfaitement. Mais en vérité, beaucoup disent que ce discours des autorités n'est qu'une campagne de désinformation ayant pour but d'éloigner les curieux et de faire baisser le taux de suicide.

Malheureusement, le nombre de suicides en ce lieu damné semble augmenter d'année en année. En moyenne, entre 30 et 50 cadavres sont retrouvés chaque année. Certaines années, le score est malheureusement plus élevé. Voici quelques chiffres :

1998 : Découverte de 73 cadavres
1999 : 68
2000 : 59
2001 : 59
2002 : 78
2003 : 105

Certains de ces corps ont pour origine le suicide alors que d'autres sont simplement des égarés. Il y a des groupes de personnes qui nettoient régulièrement la forêt de ses squelettes et de ses cadavres. Pour ne pas se perdre, ces groupes spécialisés utilisent des rubans plastiques. Ces rubans sont déposés sur les chemins qu'ils empruntent, leur permettant, à la manière du Petit Poucet, de revenir à leur point de départ. Ces rubans sont ensuite laissés en place. Beaucoup de personnes ont réussi à sortir de ce labyrinthe et ont eu la vie sauve grâce à ces rubans. Si vous empruntez la nationale N139 qui longe la funeste forêt, vous pourrez noter la présence de nombreux rubans indiquant qu'un corps fut retrouvé là
.

4 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site