Le crash de Shag Harbour

L'incident de Shag Harbour est, peut-être, un cas de crash d'OVNI en Nouvelle-Écosse (Canada).

Chronologie des événements

Le 4 octobre 1967, aux alentours de 23H00, Laurie Wickens et 4 de ses amis roulent à travers la petite ville de Shag Harbour (Nouvelle-Écosse, Canada) en empruntant la route n° 3. Tout d'un coup, un objet de grande taille (une vingtaine de mètres de diamètre d'après les témoins) traverse le ciel devant eux.

Les différents témoins décriront un objet en forme de « bol », de couleur « ambre », portant 4 feux clignotants en séquence et suivant une trajectoire descendante d'environ 45°. Rapidement, l'objet finit sa course dans les eaux du port, où il s'écrase en produisant un « flash » lumineux, ainsi qu'une importante déflagration sonore. Patrouillant sur la route n°3 au même moment, l'agent de police Ron Pond est également témoin des même faits.

Pensant, au départ, qu'il s'agit d'un crash d'avion, Laurie Wickens contacte immédiatement le détachement de police montée royale de Barrington et explique les faits à l'officier Werbicki. Ce dernier décide de se rendre sur les lieux du sinistre accompagné de l'agent Ron O'Brien et contacte l'agent Ron Pond pour qu'il fasse de même.

Une fois sur le site du crash, les 3 policiers aperçoivent, à 800 mètres de la berge, un objet flottant à fleur d'eau et émettant une lumière jaune. Un bateau des gardes-côtes du port de Clark et plusieurs bateaux de pêche sont, immédiatement dépêchés sur les lieux mais lorsqu'ils arrivent à l'endroit du crash, l'objet a déjà sombré, ne laissant qu'une nappe de mousse jaune, d'environ 35 mètres sur 90 et produisant une odeur proche de celle du soufre. Les recherches se prolongeront jusqu'à 3 heures du matin pour reprendre dès l'aube, le lendemain, mais sans résultats.

Le 8 octobre, 7 plongeurs de l'HMCS Granby inspecteront la zone toute la journée mais ne trouveront aucune trace ou débris pouvant expliquer l'origine de ce crash. Les recherches furent, définitivement, abandonnées le 9 octobre 1967. Depuis lors, cette affaire fait partie du folklore local et est devenue une source de revenus touristiques (la poste locale ayant même édité un timbre représentant un crash d'OVNI).


Thèse officielle

* Aucun débris ou morceau d'épave ne fut jamais retrouvé dans la zone. À ce jour, cette affaire est toujours classée comme « inexpliquée ».

* Le Centre de Coordination des Sauvetages de Halifax et la station radar du NORAD à Baccaro attestèrent qu'aucun appareil civil ou militaire ne fut porté manquant ce soir-là.

2 votes. Moyenne 1.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site